L'ancien blog du JHP

Baladons nous dans les bois...

1 Septembre 2013 , Rédigé par JHP Publié dans #28mm, #escarmouche, #Moyen Age, #séances, #Swordplay

... tant que le loup n'y est pas...

Une soirée calme, synonyme de fin d'été pour la plupart, calée entre notre promenade à Brocéliande et le salon de la rentrée pour la structure qui nous héberge, le week-end prochain.

Et pour satisfaire une envie de détente, l'escarmouche médiévale, c'est bien aussi.

Foin des situations complexes et des armements si perfectionnés qu'ils vous éliminent à des kilomètres, retournons à l'essentiel.

C'est donc pendant la "Guerre des deux Jeanne", la Succession de Bretagne (1341-1364) qui constitue l'un des précurseurs de la guerre de 100 ans que nous nous plaçons.

Les Bretons favorables aux Français (les "Blésistes", du coté de Charles de Blois, soutenu par la France) affrontent les Bretons favorables aux Anglais (les "Montfortistes", pour Jean de Montfort, soutenu par l'Angleterre) ... enfin la plupart du temps, car on estime que 85% de la noblesse bretonne a changée de camp au moins une fois pendant le conflit, et 10% à chaque bataille...

C'est donc pour des motifs de la plus haute teneur idéologique que les hommes du baron, chargés d'escorter la collecte des impôts voient s'avancer vers le hameau une forte bande de ribauds derrières lesquels se dissimulent les hommes du seigneur local...

Baladons nous dans les bois...

Par cohérence sur l'emploi des règles, nous utilisons "Swordplay" de 2 Hour Wargames. il s'agit de la déclinaison "médiévale-fantastique" de leur système "de réaction" qui se trouve en accès libre à http://www.twohourwargames.com/free.html (ainsi d'ailleurs qu'une version française de leur système contemporain "Chain reaction"). Le "tronc commun" de ces règles suivant les époques permet de passer simplement de l'une à l'autre, ce qui simplifie le passage du bocage breton médiéval aux ruines des villes d'Ukraine en 1944...

Cette version laisse une part relativement importante à la chance dans les combats, et donne un rendu plutôt "hollywoodien". Juste ce qu'il faut pour s'amuser un peu...

Baladons nous dans les bois...
Baladons nous dans les bois...

Une action soutenue, des retournements imprévus, un zeste de "chacun pour soi", des tentations à risquer gros pour doubler les camarades.... faites confiance à la nature profonde de vos amis joueurs...

Baladons nous dans les bois...
Baladons nous dans les bois...

Quelques plaies et bosses plus tard, l'honneur de chaque camp est sauf (et on s'expliquera dès que possible avec les fuyards, même si il est vrai qu'il faut des lâches en vie pour raconter l'histoire des héros morts), et tout le monde s'est bien amusé !!!

Partager cet article

Commenter cet article

Sapeur_dh 10/09/2013 06:56

Sur le thème des revirements d'allégeance de la noblesse bretonne pendant le conflit, lire la biographie d'Olivier de Clisson d'Yvonic Gicquel aux éditions Picolec. On y trouve des tableaux statistiques fort instructifs. Effectivement on y constate que seul de 11-12 % de la noblesse, d'un coté comme de l'autre, est resté fidèle au cours du conflit. Est ce une tendance propre à cette époque ou est ce une constante du comportement collectif humain? Il faudrait pouvoir comparer à d'autres époques et d'autres conflits .